Le canal calédonien

C’est le samedi 11 juillet que nous avons passé l’écluse de Corpach, l’entrée du canal calédonien coté Ouest coté mer d’Irlande et d’Ecosse.

Le canal long de 60 milles, traverse l’écosse de Corpach à Inverness. Orienté sud ouest nord est.

Le canal traverse 3 lochs. le loch Lochy, le loch Ness, et le petit loch Oich. Il comporte 29 écluses et 10 ponts tournants.

Le Dimanche 12 juillet,

DSCF4724

 

Lle ciel est bas, pas de vent, une pluie fine mais insistante, très insistante ! Nous quittons le quai à 8h30, pour franchir les deux premières écluses. Tout ce passe bien, Anouck assiste à la manœuvre au fond de sa couchette en dévorant un énième livre !

Sortie des deux écluses nous naviguons tranquillement, au moteur, à 3 nœuds. Les berges sont vertes et pour cause, la pluie fait partie intégrante du paysage. Deux milles plus loin nous arrivons au complexe éclusier de barnavie. 7 écluses à passer d’un coup : un véritable escalier.

DSCF4722

La première s’ouvre et l’éclusier , 5 mètres au-dessus de nous nous prend les amarres. La porte se ferme et le bateau monte dans des remous impressionnants.

Christine débarque pour tenir l’amarre arrière en main tandis que l’éclusier prend en charge l’amarre avant pendant que je fais pénétrer le  bateau dans la 2ième écluses.

Cela 7 fois de suite, et toujours sous la pluie fine, précise, et insistante !!!

DSCF4729

Nous mettons 2 heures pour franchir les 7 écluses.  Franchissant la porte de la dernière écluse nous arrivons sur un petit port avec quelques pénichettes de location et des pontons bas. Nous nous amarrons pour passer notre deuxième nuit sur le canal.

Lundi 13 juillet,

9 heure du matin, la pluie fine , précise, et insistante, se fait plus discrète allant même jusqu’à s’arrêter de temps en temps ; tout le monde est sur le pont, j’ai bien dit tout le monde, enfin pas tout à fait sur le pont, Anouck est sur la selle de notre vélo sur le chemin de halage et se prépare à accompagner le bateau en roulant à ses cotés.

DSCF4740

Nous parcourons 5 milles dans la campagne écossaise, verte vallonnée et tranquille avec en arrière plan les quelques sommets enneigés que les nuages nous laissent distinguer.

Après 2 heures de navigation tranquille, nous récupérons Anouck et le vélo puis nous passons une écluse, la plus haute, qui nous permet d’arriver sur un petit plan d’eau qui cache quelques pontons qui nous tendent les bras. Gairlochy.

DSCF4881

 

 

Nous y passerons l’après midi et la nuit, dans un calme et un silence absolus.

 

Mardi 14 juillet,

8 heures, Christine et moi sommes sur le pont. la pluie fine, insistante et précise, a disparu, le soleil est éblouissant, et nous dévoile un paysage encore inconnu depuis que nous avons pénétré sur le canal.

DSCF4812Les verts tendres sont encore plus verts, la montagne nous dévoile des sommets enneigés que le soleil éclaire. La forêt verte foncée est lumineuse. Un petit chalet de bois nous envoie ses éclats colorés, et l’eau noire d’un calme absolu nous entourent.

P1060845

Nous quittons le ponton pour sortir sur notre premier loch : le loch Lochy. Nous nous arrêtons assez vite sur la rive bâbord dans une petite anse boisée où nous mouillons pour faire une promenade qui nous amènera au pied d’un château malheureusement fermé à la visite : le Clan Cameron.

DSCF4846

Nous repartons pour une traversée tranquille du loch Lochy et arrivons en début d’après midi dans une anse au pieds de l’écluse de Laggan.

Nous partons avec Loustic, notre annexe, explorer des petits courts d’eau engagés entre des prairie remplies de moutons et naviguons à la rame entre les herbes basse et les arbres trempant leurs racines dans l’eau.

A l’heure de l’apéro nous laissons les filles devant un film et un bon plat de pâte et nous allons déguster une pinte de bière dans une superbe péniche pub amarrée le long du canal de l’autre coté de l’écluse. Nous y dinons sur le coin du bar en appréciant l’atmosphère feutré propre au pub écossais et irlandais et surtout l’ambiance particulière émanant du ventre aménagé de la péniche.

mercredi 15 juillet,

8h debout sur le pont; l’éclusier nous attend pour que nous puissions continuer notre chemin, en direction du loch Oich.

P1060848

Nous nous arrêtons assez vite en début du loch, sur un ponton faisant partie d’un club de vacances où nous pouvons bénéficier d’un lave linge au prix imbattable. Christine en profite et deux machines plus tard les draps et autres habits flottent au vent et au soleil toujours présent.Ppendant ce temps je prends le vélo et n’oubliant pas de rouler à gauche je pédale quelques kilomètres pour trouver une minuscule épicerie que je dévaliserais en prenant tous les fruits de leur stock : 6 bananes et 4 pommes, un paquet de saucisses, leur dernier pain de mie, quelques tranches de bacon et je leur laisse un beau billet de 20 livres ( environs 30 euros ) on est loin mais très loin des prix portugais et espagnols !!!!!!.

Jeudi 16 juillet,

8 h le loch Oich défile le long de notre bordé bâbord et même tribord ! Un petit vent s’est levé agitant l’eau d’un clapotis pas désagréable. Je devrais me méfier, mais bon mon expérience de la navigation sur lac et en montagne n’est pas des plus complète.

Nous arrivons vers 12h30 à Fort augustus , l’entrée du Loch Ness. Enfin il y a 5 écluses à passer en escalier avant de rejoindre le célèbre

loch.

DSCF4915

Nous ne montons plus mais descendons à présent. Les remous sont beaucoup plus agréables et les amarres ne souffrent plus ainsi que les mains qui les tiennent !

Sortie 2 heures après de la dernière écluse nous nous amarrons sur un long ponton presque vide à cette heure de l’après midi. Je choisis l’extrémité du ponton à la sortie juste devant les toilettes, l’antenne wifi du port, et le loch ness qui s’ouvre majestueux juste devant nous à 50 mètres de notre étrave.

P1060909

Nous partons à la découverte de fort augustus, très décevant, très touristique ; les écluses et l’entrée du loch ness amènent des centaines de touristes qui se promènent dans les petites rues encombrées de magasins de souvenirs. Nous rentrons dans une jolie boutique et trouvant un pull à notre goût, jetons un coup d’œil sur l’étiquette du prix avant de le porter en caisse pour l’acheter : 350 livres presque 500 euros (3 250 francs) le pull ; devinez : l’avons nous acheté ?

De retour sur le bateau, le ciel se voile et la pluie que nous connaissons bien, fine, insistante et précise se rappelle à nous.

La soirée se déroule devant l’ordinateur pour enfin mettre à jour le blog, car la connexion sur le ponton est excellente. Vers 23 heures le blog est à jour et nous nous couchons confiants et contents de naviguer sur le loch Ness le lendemain.

4  heures du matin, nuit noire, le bateau a pris 15 degrés de gite et s’appuie de tout son poids sur le ponton. Je suis en tee shirt et caleçon, la pluie n’est plus très fine, plus très précise, et passablement insistante. Des vagues d’un mètre projette le bateau contre le ponton, je suis arrosé par les embruns d’eau douce pendant que je double les amarres et que je repositionne les pare- battages. 50 à 60 nœuds de vent hurle dans le gréement. Je suis transi, loustik notre annexe s’envole à l’arrière. Il menace de couler à chaque vague tirant comme un fou sur son amarre. J’arrive à le remonter sur le ponton où je le ficèle pour qu’il ne s’envole pas. Le locataire de la vedette amarrée derrière nous vient tailler un brin de causette en anglais pendant que je grelotte à moitié nu sous les embruns glacés. Oui je dois bien connaitre ce temps là me dit-il, c’est bien un temps de voilier !!!!

9 heure du matin, le vent s’est calmé, le plan d’eau aussi automatiquement, le bateau est couvert de feuilles, de petites branches arrachées aux arbres du château d’en face !!!

Bienvenu sur le loch Ness………….Je vous avais bien dit qu’il fallait que je me méfie!

DSCF4933

Vendredi 17 juillet,

Nous y sommes, Relance recouvert de feuilles et de branches mais nous naviguons sur le loch ness, le vent nous pousse vers le bout 15 milles plus loin. Pas de mouillage possible avec ce vent et nous le traversons assez rapidement. Nous sommes un peu déçus mais les couleurs du ciel sont à couper le souffle.

DSCF4919

Nous arrivons donc dans l’après midi à Dochgarroch ou après avoir passé une écluse nous nous amarrons pour une nuit tranquille le long du canal !

Samedi 18 juillet,

Nous partons vers 9 heures et arrivons très rapidement devant un pont tournant qui lorsqu’il nous laisse passer après avoir pivoté, laisse apercevoir l’éclusier responsable du pont qui nous envoie un « Vive la France !!! » nous sommes bien en Ecosse et non en Angleterre.

Nous avons encore 4 écluses en escalier à passer pour arriver dans la charmante marina de sea port à Innverness.

DSCF4955

 

C’est de là que je vous écris et c’est là que nous avons enfin pu trouver un supermarché bien connu de notre famille LIDL  !!!! Notre caisse de bord respire et nos estomacs se réjouissent de manger une nourriture un peu plus variée.

P1060936

Nous attendrons dans cette charmante marina au confort parfait que Mijo, la maman de Christine nous rejoigne mardi 21 juillet . Nous lui ferons découvrir le canal et ses lochs en attendant qu’elle reparte en emmenant notre Anouck pour qu’elle puisse profiter de ses copines à Callot.

Nous quitterons donc l’écosse à trois.

A bientôt les amis …………….

canal caledonien
Album : canal caledonien

78 images
Voir l'album

 

 

 

 

Commentaires:

Une Réponse à “Le canal calédonien”

  1. pouget
    pouget écrit:

    bjr a vous et bisous a tous
    ne reste pas trop la haut, il finirait par te garder pour remplacer le monstre et du coup comme tu le dis :
    il y aurait tout de suite moins de monde

Laisser un commentaire

«
»